AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Beer, M&M's and secrets. [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Sam 5 Mar - 19:20


sujet réservé à Cleo Zabrowsky

« Le bonheur est fait de toutes petites choses.
Un dîner, un film, une discussion avec un ami.
Oui, il suffit parfois de peu.  »


Réseau Social du BS a écrit:
Arthur Carlton : Kiss&Kill, ça te va ? (je l'ai "eu" il n'y a pas longtemps...) Sullivan ? Je le vire en entrant, ce soir, c'est Toi & Moi, sans personne d'autre ! :p Prépare toi, j'arrive ! :)
7 mins ago
Il fut difficile de terminer deux/trois choses correctement, mais Arthur de força à le faire, il n'était pas question de fournir un travail incomplet, aussi pressé était-il de débarquer chez l'une de ses plus proches amies.
Il ferma alors rapidement le fesses de bouc du Baltimore Sun, termina de classer ce qu'il fallait et attrapa sa veste à la volée.
Arthur pénétra en quatrième vitesse dans l'ascenseur – et se souvint de deux ou trois évènements pour le moins récents qui s'y étaient déroulés – puis se dirigea à pied vers une supérette à deux rues des bureaux.

Pénétrant dans l'échoppe, le jeune stagiaire flâna quelques minutes dans les rayons et finit par choisir un pack de quatre bières et un énorme paquet de M&M's – un paquet de un kilogramme s'il vous plaît, il n'était pas question de faire les « petits joueurs » – il paya alors avec le sourire et, le pas léger, rejoignit sa voiture et réfléchit quelques secondes à l'itinéraire qu'il devait emprunter pour se rendre chez Cleo, sans se taper les immondes bouchons de fin de travail. (bien qu'à Baltimore, ces bouchons s'étalent sur quelques heures, ce qui n'était certainement pas pour lui plaire.)

Enfin, après avoir pesté – everything with british's touch please – contre quelques automobilistes fous, Arthur arriva à bon port en se demandant si Sullivan, le colocataire de Cleo et néanmoins collègue, serait également là, et si oui, à la manière dont il allait poliment lui demander de quitter les lieux pour les laisser seuls. Il n'était pas question qu'un « intru », ait la possibilité d'écouter leur conversation. D'autant que le jeune homme avait plus ou moins promis de ne parler à personne de certaines choses.

Enfin, une fois arrivé devant la porte du bon appartement, son paquetage sous le bras, Arthur entreprit de frapper joyeusement – et volontairement – à la porte. Lorsqu'on lui ouvrit, il adressa un sourire enfantin et joyeux à son interlocuteur, fameux colocataire de son état.

« Bonsoir ! Je ne sais pas si Cleo te l'a dit, mais nous pensions nous faire une petit soirée « entre nous ». J'ai quelques trucs un peu personnels à lui dire et enfin... Je voulais savoir s'il t'était possible de nous laisser le champs libre pour quelques heures, enfin, au moins jusqu'à dix heures, que je puisse lui dire ce que j'ai à lui dire. » Légèrement mal à l'aise, il fut cependant heureux de constater qu'on lui répondait positivement, dans un petit sourire.
Puis, il se dirigea vers le salon, prêt à se donner corps et âme à la soirée qui l'attendait.

« Enfin, me voilà ! Je suis sûr que tu piaffais d'impatience ! » Mutin, il arborait un grand sourire malicieux.

MON GIEU ! Non seulement c'est court, mais en plus, c'est super naze ! Pardonnes cette introduction pour le moins merdique ma Marikouette !


Dernière édition par Arthur Carlton le Jeu 10 Mar - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cleo Zabrowsky
Belle Marielle, nouille surdouée.
Cleo Zabrowsky

Messages : 846
Date d'inscription : 25/11/2010
Crédits : Dodixe
Pseudo : Mariko

HEADLINES
Localisation: Au café d'en bas.
Statut: Se voit déjà avec son (charmant) patron.
Notes:

MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Jeu 10 Mar - 17:12

Les gens se pressaient de tous côtés, sans le moindre égard vis-à-vis des autres. Pourtant, aucune alarme ne retentissait, aucune alerte n'avait été donnée et aucune menace ne pesait sur eux. La seule chose qu'ils avaient à redouter était un journal bâclé et le royal courroux du patron : c'était un jour de bouclage au Baltimore Sun. La scène ne semblait surprendre personne, tant tout le monde paraissait dans cette même effervescence qui aurait surpris n'importe quel spectateur extérieur. On s'habitue à tout, et on s'habitue si bien que ce qui semble désagréable aux yeux des autres nous paraît être un événement banal. Cleo avait elle aussi trouvé sa place dans cet étrange rouage, courant dans tous les sens, essayant tant bien que mal de synchroniser – le plus possible, tout au moins – l'ensemble. Après quelques heures de ce pénible acharnement, elle se décida à s'accorder une pause, après s'être promis qu'elle ne durerait pas plus de quelques minutes.
Un café, une cigarette et un ordinateur : il n'en fallait pas plus pour retrouver un peu de sa bien nommée paix intérieure. Un message d'Arthur s'afficha alors. Son ami l'invitait (s'invitait serait plus juste) chez elle pour la soirée. Elle tapa une rapide réponse sur son clavier, positive, évidemment. Un peu de distraction ne lui ferait pas de mal, après une pareille journée. Cleo regarda sa montre, onze heures passées. Elle éteignit l'ordinateur, finit sa tasse de café et éteignit sa cigarette. Ce rituel sonnait la fin d'un repos qui avait déjà duré trop longtemps.

Quelques heures plus tard, Cleo quitta le bureau où elle avait passé la journée. Son après midi avait été égayée par la perspective de cette soirée avec Arthur, et elle n'avait plus qu'une envie, retrouver son appartement. Malgré la fatigue, elle décida de rentrer à pied. Cela lui ferait du bien, lui rafraîchirait un peu les pensées. Bien évidemment, c'était sans compter sur le mauvais temps et la pluie qui ne manqua pas de s'abattre sur elle. Un jour parfait pour une soirée à traîner sur le canapé, sans aucun doute. Cleo finit par arriver à son domicile. Son premier geste fut de se changer et de sécher ses cheveux humides, avant d'aller s'installer dans le salon. Sullivan allait rentrer d'un instant à l'autre, il passait la plupart du temps à errer dans Baltimore en quête de la parfaite photographie. L a porte d'entrée grinça. Cleo salua son colocataire, se rappelant alors qu'elle ne l'avait même pas prévenu à propos de l'arrivée imminente de son ami. « Ah, au fait j'ai proposé à Arthur de venir. Ca ne t'embête pas ? » Elle scruta son visage, s'attendant à y voir un air agacé. Cela ne manqua pas. « Tu peux rester si tu veux. Mais tu le connais, il m'a dit qu'il avait des choses à me dire. Je doute que ça t'intéresse trop ! » Elle haussa les épaules, un peu gênée, mais se ressaisit rapidement. La sonnette retentit, ce sur quoi Sullivan alla ouvrir, s'armant déjà de son manteau. Il fut remplacé dans le salon par un Arthur pimpant qui n'avait pas manqué de lui faire remarquer que sa présence le dérangeait.
« Salut Arthur ! » Cleo adressa à son ami un large sourire. Sa présence ici suffit à lui donner le sourire. Elle l'invita de la main à s'installer sur le canapé qui habitait une bonne partie du salon. Elle le questionna. « Tu as choisi quel film ? » Sans attendre une quelconque réponse, elle se saisit du paquet de bonbons, l'ouvrit en un craquement sonore et en croqua un.

(tu te plaignais du tien, mais alors là, j'ai pas fait mieux!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acrossthelines.ohmyforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Ven 11 Mar - 19:03

« Salut Arthur ! » Cette voix, visiblement joyeuse, qui l'accueillit ne fit qu'agrandir un sourire déjà bien présent sur ses lèvres. Lorsqu'elle l'invita à s'assoirs d'un geste de la main, Arthur ne se fit guère prier et se tourna de manière à se trouver face à son amie – il était bien plus agréable de discuter ainsi.
« Tu as choisi quel film ? » Le stagiaire se retint de rire en voyant Cleo se « jeter » joyeusement sur le paquet de confiseries qu'il avait amené avec lui.
« Kiss&Kill. J'espère que ça te convient! », annonça-t-il en sortant le-dit dvd de son sac, avant de le déposer sur la table. « Tu comptes te nourrir uniquement de ces merveilleuses choses au chocolat ? Ou j'ai le droit d'espérer un repas fait de pizza et de bière ? », demanda-t-il, définitivement taquin et de bonne humeur.

Cela faisait un moment qu'Arthur n'avait pas vu Cleo « en tête à tête ». Et cela lui manquait. Elle était en effet l'une de ses plus proches amies, et la seule à prendre à cœur sa vie sentimentale. A tel point que la jeune femme semblait s'être donné pour mission de le caser, songeant visiblement que c'était ce qui le rendrait heureux et épanoui. Bien sûr, cela n'était absolument pas le cas, mais le stagiaire n'avait pas envie de le lui dire, tant il appréciait cette charmante attention – bien qu'en certaines occasions, parfois trop régulières, cette « attention » pouvait se muer en une malédiction – et la personne dont elle émanait.

Et puis il y avait leurs soirées, comme celle-ci, pendant lesquelles ils discutaient de beaucoup de choses, regardaient des films bien souvent à gros budgets et peu « artistiques », en mangeant des pizzas et buvant de la bière. Mais c'était ça, justement, qui était le nœud de leur amitié.

« Bien, avant de mettre le film en route, dis moi ce qui a récemment bouleversé la vie de ma Cleo préférée ? » Et, alors qu'il posait sa question d'un ton peut-être un peu trop intéressé pour être totalement sincère – la tactique était ici de commencer une conversation au sujet de Cleo, pour subtilement dévier vers son aventure nocturne – Arthur en profita pour se relever et ôter sa veste qu'il savait inutile pour quelques heures.

Finalement, si. Il était intéressé par ce qui avait pu se passer depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Parce qu'au fond, Arthur s'était lui aussi donné une mission : Celle de jeter un œil distant – mais constant et perçant – sur les fréquentations de la demoiselle Zabrowsky. Il n'était pas question qu'elle s'entiche de gros lourds, ou d'hommes aussi peu équilibrés qu'elle était adorable.
A la manière d'un grand frère de l'ombre, il veillait.
Mais le jeune stagiaire n'avait guère eu le temps de remplir complètement sa mission ces derniers temps, le travail dont on l'avait chargé semblait gagner en charge tous les jours.

« Au fait, tu crois que j'ai vexé Sullivan ? Ou qu'il a mal pu prendre le fait que je lui demande de partir ? » S'il avait trouvé normal le fait de congédier Sullivan de cette manière sur le coup, Arthur, à la réflexion, se prenait à culpabiliser un peu.
Il n'était guère sympathique de débarquer chez quelqu'un en lui demandant de quitter les lieux. Et, comme pour montrer ces quelques remords, le stagiaire grimaça légèrement.

[i]désolée, c'est court.. :s[/u]
Revenir en haut Aller en bas
Cleo Zabrowsky
Belle Marielle, nouille surdouée.
Cleo Zabrowsky

Messages : 846
Date d'inscription : 25/11/2010
Crédits : Dodixe
Pseudo : Mariko

HEADLINES
Localisation: Au café d'en bas.
Statut: Se voit déjà avec son (charmant) patron.
Notes:

MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Sam 12 Mar - 12:45

« Kiss&Kill. J'espère que ça te convient! » Cleo fit la moue, plus par envie de contrarier Arthur que par réelle déception. La vérité était qu'elle ne l'avait jamais vu et que cela ne la dérangeait pas, mais elle avait trop envie de faire penser à son ami que le film lui déplaisait. « Tu ne me laisses pas trop le choix, à vrai dire. » Un rire s'échappa de ses lèvres, alors qu'elle ingurgitait un nouveau bonbon chocolaté.

« Tu comptes te nourrir uniquement de ces merveilleuses choses au chocolat ? Ou j'ai le droit d'espérer un repas fait de pizza et de bière ? » Cleo haussa les épaules, fit mine de réfléchir. Elle n'était même pas certaine d'avoir de quoi se nourrir dans l'appartement, et il était désormais trop tard pour descendre acheter des bouteilles à l'épicerie. Il était vrai qu'elle aurait pu y penser plus tôt, mais Cleo n'était pas quelqu'un de très prévoyant, avouons-le. C'était même plutôt le contraire. En général, elle était très étourdie, mais il lui arrivait néanmoins de rester coincée sur une idée pendant un temps fou. Ainsi, il était impossible de savoir ce qu'elle allait réussir à garder en tête et ce qui allait en sortir aussitôt quelques mots prononcés. « A vrai dire, j'ai oublié de faire les courses. Tu aurais dû t'en douter ! » Il était vrai qu'ils se connaissaient depuis plusieurs années maintenant et Cleo n'y manquait jamais. Tous ses amis s'y étaient faits, mais seul Arthur semblait avoir encore quelques espoirs à son sujet. La fréquence de ces soirées était pourtant assez élevée pour finir par comprendre qu'il n'y avait aucune chance de la raisonner.

« Bien, avant de mettre le film en route, dis moi ce qui a récemment bouleversé la vie de ma Cleo préférée ? » Un soupçon traversa l'esprit de Cleo. Cette question n'était pas des plus banales chez Arthur, qui habituellement préférait ne pas s'épancher sur sa vie personnelle. Il avait sûrement quelque chose à lui dire, ou bien il n'aurait pas feint cet air un peu trop intéressé pour être honnête. Ils ne s'étaient peut-être pas parlés en tête-à-tête depuis longtemps - toujours un collègue qui entre au mauvais moment - mais ce n'était pas une raison pour poser cette question si soudaine. « Toi, tu as une histoire à me raconter, je me trompe ? » Un air inquisiteur se dessina sur le visage de Cleo. Elle était curieuse de savoir quelles étaient les dernières nouvelles d'Arthur. Toujours très concernée par la vie personnelle de son ami, elle était parfois trop intrusive et s'en rendait bien compte. Cela ne l'empêchait pourtant pas de continuer, jusqu'à ce que son ami se plaigne, ce qui arrivait rarement.

Bien sûr, Arthur se garda bien de répondre immédiatement, préférant prendre un tournant tout à fait différent : le départ brutal de Sullivan. Elle le rassura brièvement sur le sujet, impatiente d'en savoir plus sur cette histoire bien mystérieuse qu'Arthur lui cachait. « Mais non, ne t'en fais pas, je l'avais prévenu ! » Bel essai Arthur, mais c'est raté. « Maintenant, dis-moi tout ! », lui intima-t-elle sans le moindre scrupule. Lorsqu'elle avait quelque chose en tête, inutile d'essayer de la détourner de son objectif, c'était plus qu'impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acrossthelines.ohmyforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Dim 13 Mar - 12:22

Une moue enfantine fut sa réponse quant au film qu'il avait apporté, mais Arthur ne s'en formalisa pas. Il connaissait Cleo depuis si longtemps que ce genre de moues l'amusaient plus qu'autre chose, dans la mesure où il savait pertinemment que cela n'existait que pour l'embêter.
« Tu ne me laisses pas trop le choix, à vrai dire. » elle rit, doucement, et lui sourit de toutes ses dents. Non, il ne lui laissait pas le choix...
« Absolument ! J'ai décidé de prendre ta télé en otage ! » Souriant de plus belle, Arthur piocha également dans le paquet de confiseries.

Au moment même où Arthur annonça espérer manger de la pizza et boire de la bière, il songea que cela était un peu trop optimiste. Cleo n'était certainement pas connue pour sa prévoyance et sa capacité à se projeter dans le futur, même le plus proche qui soit. Mais le stagiaire ne lui en voulait pas, elle était comme ça, et depuis le temps qu'ils se connaissaient, Arthur aurait dû penser à emmener de quoi manger. A vrai dire, un réfrigérateur vide ne lui faisait pas peur, et il sourit de nouveau lorsque son amie lui annonça qu'il aurait dû penser à ce petit « défaut ».

« Je sais, mais je n'y ai vraiment pas pensé... Cela dit, rien ne nous empêche de.... COMMANDER ! » s'exclama-t-il en sortant un menu de plats & pizzas en livraison de sa poche. « Allez ! C'est moi qui t'invite ! », poursuivit-il, tout sourire, en regardant la liste des pizzas qu'il leur était possible de se faire livrer.

Si le jeune homme pensait avoir parfaitement joué la carte de l'intérêt pour tout ce qu'il avait loupé dans la vie de son amie – quand bien même cela l'intéressait véritablement – il fut déçu de constater que Cleo avait percé son petit jeu à jour. Pour une fois qu'il se sentait convainquant, c'était tout à fait loupé.

« Moi ? Mais qu'est-ce qui te fait croire ça ? Je veux vraiment savoir ce qui t'es arrivé. Ca fait un moment qu'on ne s'est pas vu « en tête à tête » ! » Feignant, d'être outré par cette accusation sans fondement – ou du moins, c'était là le rôle qu'il se donnait – Arthur sourit timidement avant d'ajouter : « Même si bon, il m'est peut-être, je dis bien peut-être arrivé quelque chose au bureau... »

« Maintenant, dis-moi tout ! » Adressant un sourire malicieux et enfantin à son amie, Arthur ne put s'empêcher de répliquer, décidément cabotin: « Pas avant d'avoir commandé à manger ma petite Cleo ! Tu sais bien que je suis incapable de converser sans avoir mangé avant.. » Non, il ne repoussait pas l'échéance. Pas du tout. Au contraire, Arthur voulait tout raconter à Cleo. Seulement, il ne savait pas comment le lui dire.

Devait-il donner un nom à Swann, alors qu'ils s'étaient plus ou moins promis de n'en parler à personne ? Devait-il expliciter tout ce qu'il avait pu ressentir pour cet homme pendant cette aventure ? Et puis, avait-il vraiment envie de perdre l'un des seuls secrets en sa possession ?

A bien y réfléchir, une seule chose pouvait l'amener à tout déballer. Une supplique impatiente de Cleo. Oui, si elle le suppliait avec ses yeux de cocker mal traité, il craquerait et cèderait à ce besoin de tout raconter.

Parce que cela rendrait plus réel ce qui s'était passé.
Parce que finalement, il avait simplement besoin de partager cela avec une amie. Ca n'arrivait pas souvent, si ?!

MON GIEU ! Pardonne moi ma marikouette, ce doit être l'une des pires réponses que j'ai jamais fait!
Revenir en haut Aller en bas
Cleo Zabrowsky
Belle Marielle, nouille surdouée.
Cleo Zabrowsky

Messages : 846
Date d'inscription : 25/11/2010
Crédits : Dodixe
Pseudo : Mariko

HEADLINES
Localisation: Au café d'en bas.
Statut: Se voit déjà avec son (charmant) patron.
Notes:

MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Dim 27 Mar - 15:28

Arthur croyait encore qu'il pouvait mentir à Cleo, mais c'était à tort, évidemment. C'était bien trop clair qu'il ne désirait que relater cette histoire, et n'attendait qu'une prière larmoyante de sa part pour craquer. Elle n'était pas crédule, d'autant qu'il usait d'une méthode qu'elle-même connaissait à merveille.

« Moi ? Mais qu'est-ce qui te fait croire ça ? Je veux vraiment savoir ce qui t'es arrivé. Ca fait un moment qu'on ne s'est pas vu « en tête à tête » ! » Il ne se trompait pas tout à fait, c'était certain. Rares étaient les moments qu'ils avaient pu partager les derniers temps, chacun très occupés de leurs côtés. "Même si bon, il m'est peut-être, je dis bien peut-être arrivé quelque chose au bureau... "

Cleo commença à réfléchir intensément. Qui avait pu être la dernière rencontre d'Arthur au bureau ? Elle avait beau chercher, personne ne lui venait réellement à l'esprit. Cependant, elle ne tarderait surement pas trop à le découvrir, à moins qu'Arthur ait décidé de garder tout ça pour lui. Ce qu'il ne ferait sûrement pas, trop impatient de tout dévoiler. Elle le connaissait bien, et savait même déjà qu'il se demandait comment annoncer la chose. C'est - à contre-coeur, certes - que Cleo feignit de ne pas prêter le moindre intérêt à cette histoire. S'il voulait ne rien dire, libre à lui. Ce n'était pas aujourd'hui qu'elle insisterait pour lui faire cracher le morceau, décida Cleo.

"Ah ? Tu me raconteras plus tard." La réponse fut sans appel, et elle lui adressa un regard impassible; comme si elle ne portait pas le moindre intérêt à ce que son ami Arthur avait pu vouloir lui dire. Ce genre de plaisanteries était assez fréquentes entre eux, et ne durait jamais bien longtemps. "Tu veux manger quoi ?" Ajouta-t-elle en saisissant le menu qu'avait extirpé son ami de ses affaires.
Elle prenait un malin plaisir à entrer dans son jeu, tout en espérant apprendre de quoi il retournait avant la fin de la soirée. Pour une fois qu'elle sentait Arthur propice à partager avec elle une anecdote manifestement importante, il fallait qu'elle s'amuse à feindre le mépris le plus total vis-à-vis de ladite anecdote. A ce rythme là, la conversation n'allait pas aller loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acrossthelines.ohmyforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Mer 30 Mar - 13:48

"Ah ? Tu me raconteras plus tard.". Pendant un court instant, Arthur crut réellement que Cleo et sa curiosité n'avaient pas été piquées à vif. Cependant, le fait même de la connaître depuis quelques années lui avait permis d'acquérir un certain entraînement dans le déchiffrage de ses expressions faciales, et de ses petites habitudes lorsqu'il s'agissait de « feinter » son adversaire.
Aussi, le jeune homme ne prit pas ces paroles pour argent comptant et sourit malicieusement, bien décidé à laisser glisser qu'il avait compris le stratagème de son ami, et que cela ne l'intimidait aucunement.

"Tu veux manger quoi ?" Cette question, qu'elle ajouta en changeant du tout au tout le sujet de leur conversation, fit sourire Arthur, d'autant que Cleo s'empara du menu avant que le dernier mot n'ait franchi ces lèvres. Décidant alors de se lancer dans une lecture en biais – le stagiaire ne connaissait certainement pas tous les plats existants dans cette pizzeria – afin de trouver ce que lui aussi allait commander.

Un petit temps de silence et de concentration s'installa alors, tant les deux compères semblaient réfléchir à leur repas. Finalement, relevant la tête d'un air presque las, Arthur décida qu'il ne tergiverserait pas pendant trente ans. « Je vais prendre leur petite portion de cannelloni, une quatre fromages, avec un supplément de fromage, de la Bud et leur terrible tiramisu à la framboise ! » annonça-t-il gaiment, affamé qu'il était désormais. « Et toi ? » demanda-t-il ensuite, prêt à noter ce que désirait son amie pour passer commande et être ainsi libre de discuter jusqu'à la livraison.

Si ce qu'il avait à dire ne serait pas bien long à expliquer, il était très probable que cette petite – petite, vraiment ? – anecdote resterait le sujet central de leur conversation pendant un petit moment, mieux valait alors commander tout de suite.

« Bon... En fait ça s'est passé il y a trois jours... Enfin deux nuits... » amorça-t-il, sans trop savoir la manière dont il allait conter sa mésaventure – enfin son aventure plutôt – et s'il devait faire un bref résumé de la situation avant de se lancer dans de plus amples explications.
Finalement, Arthur choisit de tout raconter dans l'ordre chronologique, et de n'omettre que les détails un peu trop intimes et personnels de cette histoire.

« Enfin, avant ça.. Tu te souviens du type dont je t'avais parlé, qui a tenté de se barrer en douce le lendemain matin, et à qui j'ai dit, sous le coup de l'énervement qu'il était un très mauvais coup ? Et bien, je ne crois pas te l'avoir dit, mais enfin... Il bosse au journal, et du coup, je l'ai croisé pour mon premier jour de travail, évidemment... » recommença-t-il alors, en baissant le ton au fur et à mesure, dans un esprit de confidence. « Bref... Il y a trois jours, donc, j'avais – histoire de changer, tu t'en doutes – tout un tas de choses à terminer au journal, et j'ai dû rester tard, très.. tard. En partant, je pensais être le seul encore présent, ce qui fait que j'étais plutôt content, je n'avais pas tellement envie de discuter avec qui que ce soit... Mais évidemment, je l'ai rencontré dans l'ascenseur et... hum... il est tombé en panne... » suspendant là son discours, Arthur regarda attentivement son amie. Non seulement pour savoir si elle avait correctement suivi le début de son récit, mais surtout guetter sa réaction quant à l'arrêt inopiné de son histoire.
Marquant un temps d'arrêt, le jeune homme espérait bien piquer sa curiosité et l'inciter à lui demander la suite.

« Tu as choisi, on peut commander ? Comme ça ce sera fait ! » annonça-t-il alors, bien conscient qu'il s'agissait là presque d'une traîtrise, ou au moins d'une réflexion peu à sa place.

Mais ce soir, le britannique avait envie de s'amuser, et surtout de se détendre.

pfiou ! C'pas extraordinaire, excuses-moi !
Revenir en haut Aller en bas
Cleo Zabrowsky
Belle Marielle, nouille surdouée.
Cleo Zabrowsky

Messages : 846
Date d'inscription : 25/11/2010
Crédits : Dodixe
Pseudo : Mariko

HEADLINES
Localisation: Au café d'en bas.
Statut: Se voit déjà avec son (charmant) patron.
Notes:

MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Sam 2 Avr - 15:24

Le silence le plus total s'était abattu sur la pièce où les deux amis lisaient avec sérieux le menu de la petite pizzeria où ils s'apprêtaient à commander. Alors qu'Arthur optait pour une quatre fromages, Cleo parcourait et finit par trouver son bonheur. "Je vais prendre des lasagnes, alors. Pour le dessert, je ne sais pas trop..." Elle était encore hésitante et contemplait le menu, lasse. La jeune femme s'apprêtait à relancer son ami sur le récit qu'il lui devait encore, mais n'en eut même pas besoin. Il avait comme lu dans ses pensées et enchaîné sans que Cleo n'ait du le lui rappeler. Cette histoire était donc réellement importante pour lui. Elle n'en était que plus curieuse.

« Bon... En fait ça s'est passé il y a trois jours... Enfin deux nuits... » C'est ainsi que commença le récit que lui fit Arthur. Son discours était ponctué d'hésitations et de silences, mais Cleo l'écouta avec attention tout au long de son allocution, acquiescant de temps à autres d'un signe de la tête. Il finit par marquer une longue pause, qui surprit Cleo, au vu des quelques minutes précédentes où il n'avait cessé de parler. Elle leva la tête vers lui, impatiente d'en savoir plus. Elle avait évidemment déjà quelques idées en tête, mais préférait ne pas se faire d'idées et attendre d'en entendre la confirmation de la bouche d'Arthur. Elle fit un bref mouvement d'épaules, dans le but de l'inciter à poursuivre. Aucune réaction. "Arthur !" Ce cri signifiait tant son impatience que l'irritation que lui procurait ce soudain arrêt. "Continue, nom de dieu !"

Evidemment, il ne le fit pas, et préféré orienter la conversation sur un autre sujet. Cleo l'observa, soupçonneuse. Elle décida de jouer son jeu et de dompter sa fébrilité. "Oui, je vais me joindre à toi pour le tiramisu !" Affirma-t-elle en repliant le menu avec satisfaction. Arthur s'apprêtait à téléphoner - comme il l'avait annoncé auparavant - cependant Cleo ne le laissa pas faire et s'empara de l'appareil, considérant que c'était à elle de s'en charger, en tant qu'hôtesse de la soirée. Etrangement, c'était le genre de préceptes qu'elle appliquait toujours, même si elle les trouvait parfois stupides. C'était une simple question d'habitude, et pour elle, de politesse. Elle composa le numéro et passa la commande rapidement. D'ici vingt minutes, le livreur serait devant la porte et ils pourraient commencer la dégustation. Cela laissait encore un temps certain à Cleo pour inciter son ami Arthur à poursuivre son histoire.
"Alors ? Que s'est-il passé dans cet ascenseur ?" Un air malicieux se dessina sur l'ensemble de son visage, alors qu'un sourire étirait ses lèvres. Elle n'espérait qu'une chose : qu'il ne se fasse pas prier comme il savait le faire. Et s'il ne disait rien, elle irait se renseigner directement à la source. Trouver celui dont Arthur parlait ne devrait pas s'avérer trop difficile. Au Sun, les gens étaient bavards, et quelqu'un aurait sûrement déjà entendu parler de cette histoire.

(J'ai hésité à faire intervenir le livreur et finalement je me suis dit qu'on verrait ça par la suite...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acrossthelines.ohmyforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Jeu 14 Avr - 17:55

Après une réflexion qu'il savait mûre, Cleo se décida pour une portion de lasagnes, et Arthur acquiesça à ce choix qu'il savait bon.
Coupant leur choix de repas, le britannique s'était alors lancé dans le récit de son aventure « en apesanteur » revivant simultanément l'enchaînement des évènements. Il revit le visage peu joyeux de Swann lorsqu'il l'avait vu, il se souvint du bond qu'avait fait son cœur lorsqu'il avait senti que l'ascenseur ne descendait plus les étages. Et puis, il revit leurs étreintes, et revécu ces quelques moments d'intimité avec une telle force que s'il parlait, son esprit n'était plus à l'écoute de son amie.

Alors, lorsque Cleo lui intima de poursuivre, il ne l'entendit d'abord pas. Il lui fallut alors longues secondes, et la mobilisation de toutes ses facultés intellectuelles pour revenir à une réalité qu'il avait momentanément quitté.

"Continue, nom de dieu !" Se tournant vers son amie, Arthur sourit faiblement, sentant que, comme il le souhaitait, sa curiosité avait réellement été piquée à vif, et qu'il avait désormais avec lui, une oreille plus qu'attentive.
Le choix de la commande se termina sur la décision de Cleo, qui préféra le tiramisu au reste, et dans un geste ample, il annota ce qu'ils voulaient tous deux manger sur un bout de papier avec force d'abréviations (qu'il utilisait par ailleurs depuis des années, sans que grand monde ne parvienne jamais à le relire). Mais cette brillante prise d'initiative fut vaine, car la jeune femme décida de prendre les choses en mains et passa elle même la commande avant de lui indiquer, dans un sourire, que le livreur devrait arriver dans les vingt minutes suivantes.

"Alors ? Que s'est-il passé dans cet ascenseur ?" Le sourire malicieux de Cleo lui fit plaisir, tant il appréciait se savoir écouté. Et puis il y avait une mince couche d'orgueil, qui l'incita à se vouloir au centre de l'attention, quand bien même il n'y avait dans cet appartement, que lui et son amie.
Reprenant le cours de leur conversation, et surtout de son récit, Arthur tenta de se souvenir avec exactitude de ce qui s'était passé avant que tout « ne dérape ».

« Donc, enfin, l'ascenseur est tombé en panne. Comme tu t'en doutes, ce n'était pas du tout ce que nous voulions. Disons que rester dans la même pièce avait quelque peu tendance à tourner au règlement de compte depuis que nous avions couché ensemble, et qu'il a décidé de se barrer en douce. Tu sais à quel je déteste les faux-jetons ! » A cette réflexion, Arthur sourit, parce que finalement, il n'était pas réellement objectif. Et parce que lui aussi s'était comporté comme un grand « faux-jeton », à certaines heures perdues. « Enfin, bref... Dans la mesure où j'étais encore plutôt en colère, et humilié, j'ai entrepris de lui lancer quelques répliques peu sympathiques, comme je sais bien le faire. Tout se passait très bien, enfin, on se « piquaient » tranquillement, mais l'ascenseur ne redémarrait pas, et j'ai commencé à me sentir mal à l'aise dans un endroit aussi confiné. Il faut dire que je suis à moitié claustrophobe, du coup, j'ai trouvé le moyen de faire une crise d'angoisse. Autant te dire que me montrer aussi faible, devant lui, et me taper une crise alors qu'on avait quasiment aucune chance de sortir, ne m'a, au début, pas aidé à me détendre... » Il avait dit ça, presque sans s'arrêter, et Arthur se trouvait alors en manque de souffle, aussi décida-t-il de faire une pause dans son discours. D'autant que cela lui permettait de chercher l'approbation de Cleo pour poursuivre. Il était plus que rare que le britannique parle autant, surtout s'il s'agissait de livrer quelque chose de personnel. Cette soirée pouvait être marquée d'une pierre blanche, il était plus qu'improbable qu'elle ne se renouvelle.

« Sauf que je crois qu'il a un peu flippé de me voir en train de faire une crise d'angoisse, et du coup, il s'est rapproché de moi pour essayer de me calmer un peu, tu vois ? » Prêt à formuler de manière officielle ce qui s'était passé en suite, Arthur fut cependant interrompu par la sonnette de l'appartement. Coupé dans on élan, il lui fallut un petit temps pour comprendre ce qui se passait et, réalisant que leur commande était arrivée, il s'occupa de sortir assiettes, verres, couverts et chéquier pendant que Cleo sortait les plats.

Ils se turent tout le temps que dura la mise en place du repas. Arthur ne voyait pas quoi dire tant il souhaitait ne pas penser à autre chose qu'à son récit, et il lui sembla que Cleo n'était pas nécessairement contre ce silence qui assurait une suite rapide de son récit.

je sais que ça se termine un peu bizarrement, mais je voulais te laisser un peu de latitude. J'espère que tu ne m'en veux pas d'avoir fait agir Cleo. Si ça te déranges, je changerais en conséquence:mg:
Revenir en haut Aller en bas
Cleo Zabrowsky
Belle Marielle, nouille surdouée.
Cleo Zabrowsky

Messages : 846
Date d'inscription : 25/11/2010
Crédits : Dodixe
Pseudo : Mariko

HEADLINES
Localisation: Au café d'en bas.
Statut: Se voit déjà avec son (charmant) patron.
Notes:

MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Mer 20 Avr - 22:30

    Cleo écouta attentivement toute l'allocution de son ami. D'une manière inhabituelle, elle lui prêtait une oreille totale, ne pensait à rien d'autre qu'aux faits que relatait Arthur. C'était plutôt rare. En général, c'était le contraire : elle partait dans tous les sens et ne faisait que feindre l'attention lorsqu'on lui adressait la parole, songeant déjà à ce qu'il fallait qu'elle fasse d'autre. On lui faisait souvent remarquer qu'elle frisait l'hyperactivité, et c'était vrai. Il lui était impossible de tenir en place.
    Pourtant, cette fois-ci elle écouta, patiemment, les paroles d'Arthur, ne l'interrompant pas. Ses phrases prononcées avec un délicat accent anglais semblaient prendre tout leur sens par les intonations qu'il adoptait ou l'attitude qu'il avait en les énonçant. Lorsqu'il marquait des pauses, elle acquiesçait, de la tête ou par un léger murmure, l'invitant silencieusement à poursuivre son récit. Jamais Cleo n'avait entendu Arthur parler de cette manière. Il ne s'arrêtait plus, laissant les mots sortir presque instinctivement. Et elle, elle était pendue à ses lèvres, attendant plus d'informations.

    Et la sonnette retentit, rompant ce rythme composé d'un flot de paroles et de courts silences. Cleo se leva sans un mot, en repensant encore à ce que venait de lui confier Arthur. Elle avait, bien entendu, compris où voulait en venir son ami et pourtant n'osait en être certaine. Bien entendu, elle se posait aussi la question de qui était cet homme, mais se rattrapa rapidement. Si Arthur n'avait pas mentionné son nom, c'est peut-être qu'il n'en avait pas envie, d'autant que Cleo ne désirait pas repenser à cette histoire dès qu'elle croiserait l'inconnu - ou pire, lui en parler -. Elle en était capable, maladroite comme elle était.
    Elle se dirigea vers la porte et l'ouvrit sur le livreur. Cleo le paya et retourna s'asseoir auprès d'Arthur qui, réactif, avait déjà disposé assiettes, fourchettes et verres. Elle lui adressa un large sourire tandis qu'elle dépaquetait les mets et les plaçait sur la table.
    Ils étaient désormais prêts à déguster leur repas et à poursuivre leur discussion. "Bon appétit !" lança Cleo, rompant le silence qui s'était installé. Non pas qu'il l'ait gênée, au contraire. Elle avait apprécié ce temps durant lequel elle avait pu songer en silence à la multitude d'informations fournies par Arthur. Elle se demandait quels étaient les réels sentiments qu'il nourrissait à l'égard de cet homme, car jamais il ne disait réellement ce qu'il en pensant. Il avait évidemment, évoqué le lendemain de leur première nuit, et pourtant jamais n'exprimait de pensées profondes.
    Alors qu'ils commençaient à manger, elle jugea utile de le relancer, lui évitant ainsi de disparaître derrière le prétexte du repas pour cesser son récit. "Alors, vous vous êtes... réconciliés ?" Tenta-t-elle pour l'amener à poursuivre la narration des évènements, bien qu'il n'y ait pas de grand mystère.

    (Bon, c'est pas fantastique et surtout, ça ne fait pas avancer grand chose. Désolée..)


Dernière édition par Cleo Zabrowsky le Dim 5 Juin - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acrossthelines.ohmyforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   Mer 4 Mai - 19:40

L'arrivée du livreur signa l'arrêt temporaire de leur conversation, et Arthur le remercia mentalement.
Parce que cette arrivée – inéluctable mais presque inopinée – lui permit de reconsidérer la situation de son ensemble, et de réfléchir à ce qu'il tenait véritablement à confier à son amie.
Devait-il, malgré ses réticences, lâcher ce nom qui le hantait depuis quelques jours ? Ce nom qui, il le savait, aurait noirci les pages de ses cahiers s'il avait encore été un élève de lycée – voire même de faculté. Devait-il songer à tout détailler ? Après tout, Cleo n'avait probablement pas envie de tout savoir.
Et pour être honnête, Arthur aimait garder certaines choses pour lui. Son éducation l'avait toujours poussé à ne se confier que très peu, et lorsqu'il le faisait – de manière plus qu'exceptionnelle – le jeune homme ne parvenait pas à s'empêcher d'omettre quelques détails, et de garder certaines choses pour lui.

Et ce besoin était d'autant plus important que la situation qu'il était en train de relater était exceptionnelle, étonnante, et probablement unique dans sa vie (comment pouvait-il ne serait-ce qu'imaginer que cela se reproduise avec un autre homme ?)

Ils s'occupèrent alors de dresser la table, dans un silence que l'apprenti journaliste ne jugea pas pesant, et Cleo lui souhaita un bon appétit. Arthur lui sourit alors, acquiesça, et ajouta enfin, la voix basse : « Merci. Bon appétit à toi aussi, ma petite Cleo ! »

Le britannique entama alors son assiette, songeant qu'il lui était désormais difficile de reprendre son récit. L'arrivée du livreur, si elle l'avait « aidé », l'avait également coupé dans son élan, et cela n'était pas une merveilleuse chose. Parce qu'Arthur était un homme qui éprouvait une grande peine à reprendre un récit aussi intime après une telle interruption.

Mais Cleo était Cleo, et la jeune femme lui sauva quelque peu la mise en reprenant la conversation là où elle avait été suspendue. La question, pourtant simple et pleine de sous-entendu, fut d'une grand aide à Arthur qui put remettre quelques idées en place, avant de se préparer à répondre, en triturant ses mains comme un gamin prit en faute.
Il sourit faiblement à son amie, reporta son attention sur ses mains tout à fait intéressantes, et commença à parler, d'une petite voix.

« Si on veut oui... Disons que cet abruti n'a rien trouvé de mieux à faire que de m'embrasser. Avoue que c'est tordu, comme technique pour calmer quelqu'un qui fait un crise d'angoisse ! Surtout que ça aurait pu très bien ne pas fonctionner, voire même aggraver la situation ! » En repensant à cet épisode douteux de cette « soirée », Arthur sourit et songea qu'au contraire, Swann avait eut une bonne idée. Une brillante et excellente idée..

« Et enfin, le soucis, tu vois, c'est que ce mec est un con, un abruti, et un des pires goujats, et macho que je connais. Mais c'est un pur canon ! Et j'ai vraiment menti en lui balançant que c'était un mauvais coup, la première fois... Alors, disons que, fragile comme je l'étais à ce moment là, je n'étais pas en état de résister, et de penser comme il le fallait... »
Suspendant son récit, le jeune homme releva les yeux vers Cleo, comme s'il cherchait une quelconque approbation. Ou un signe qui pourrait lui indiquer qu'elle comprenait, qu'elle ne considérait pas cela comme une réelle bêtise.
Pendant quelques instants, Arthur se revit enfant, demandant les yeux larmoyant, le pardon à sa mère pour une bêtise sans importance.

Sauf que cette bêtise, n'avait rien de sans importance.
Sauf que Cleo n'était pas sa mère et qu'il était le seul à savoir si cette situation était gérable pour lui ou non.

désolée, c'est une grosse bouse que je viens de pondre, et en plus, je suis longue à répondre, et je ne fais rien avancer... :s
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beer, M&M's and secrets. [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Beer, M&M's and secrets. [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Across the lines :: Les alentours :: Mount Vernon Place-
Sauter vers: