AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Once again [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Swann Rose

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 06/02/2011
Crédits : @avatar (white rabbit), @ sign (lovelyish)
Pseudo : Laura.

HEADLINES
Localisation:
Statut: Marié contre son gré.
Notes:

MessageSujet: Re: Once again [R.]   Sam 4 Juin - 9:54

« Monsieur est trop bon... Je retrouve mes fringues, et je te vole ta douche dans ce cas... » Un instant déconcentré par la vision fantasmagorique mais trop brève d'un Arthur tout nu - ce qui ne l'aidait en rien pour qu'il se calme - Swann fut ramené à la réalité par le contact de ses lèvres contre les siennes, à son goût bien trop court. A nouveau, son regard rencontra sur le corps d'Arthur et il ne put s'empêcher de vouloir le toucher encore, comme pour étirer leur nuit en longueur, comme pour qu'elle ne finisse jamais. Mais il ne fit rien. Il resta immobile, et c'est seulement dans sa tête que ses mains glissaient dans le dos d'Arthur et l'attirait contre lui, juste pour profiter de son odeur et de sa présence. Contre ses jambes, Albert miaula et une nouvelle fois, le matou lui sauva la mise. Swann prit son fidèle compagnon dans ses bras et sortit de la chambre, se retournant seulement pour lancer presque sévèrement à son amant : "C'est au fond, à droite. Tu prends pas toute l'eau chaude, hein. Pas plus de dix minutes !"

Charmant, vraiment charmant. Refoulant l'envie dévorante qu'il avait de rejoindre Arthur sous la douche, et qui se traduisait par une chaleur dérangeante qui se diffusait dans tout son corps, il se laissa tomber sur sa chaise attitrée autour de la petite table de la cuisine, et attrapa immédiatement le paquet de cigarettes ainsi que le briquet qui s'y trouvait. Une bonne cigarette dès le matin lui remettrait les idées en place. Lentement, il tira une longue taffe et expira la fumée en fermant les yeux, comme pour ignorer le regard accusateur de son chat de luxe, qui attendait toujours son saumon fumé de Norvège. Swann n'en revenait pas. Il avait l'impression de ne pas s'être encore réveillé et que tout ce qu'il faisait depuis ce matin n'était qu'une immense blague. Comment pouvait-il être assis là, dans sa cuisine, alors qu'un garçon magnifique prenait sa douche dans sa propre salle de bain ? Comment pouvait-il avoir agi aussi inconsidérément en se comportant comme s'ils avaient été en couple ? ET SURTOUT POURQUOI SE POSAIT-IL TOUTES CES QUESTIONS HEIN ?! Se relevant brusquement, Swann tira frénétiquement taffe sur taffe avant de regagner un certain calme et de murmurer pour lui-même : "Calme-toi. Tout va bien. Tout est normal. Tu as une petite gueule de bois, c'est tout." Bah voyons. La bonne excuse.

Albert, visiblement agacé d'attendre, miaula plus rageusement et se permit alors un coup de griffe dans le mollet de Swann. "Raaaah, oui, c'est bon. Tu peux pas attendre cinq minutes, non ?" bougonna Swann comme si son chat allait lui répondre (ce qu'il fit d'ailleurs, en lançant un regard courroucé au maquettiste dont il réprouvait vraisemblablement l'allure débraillée - car Albert était avant tout un gentleman). Le jeune homme ouvrit le frigo et saisit une plaquette de saumon fumé - qui en passant lui avait coûté les yeux de la tête - avant d'en découper quelques tranches et de les déposer dans une assiette pour que Monsieur Albert daigne s'en nourrir. Le matou tourna d'ailleurs plusieurs fois autour de son petit-déjeuner avec un air hautain mais finit par commencer à grignoter. Swann poussa un soupir et rangea la fumante poiscaille dans le frigo avant de se laver vigoureusement les mains - parce qu'on ne pouvait pas dire que l'odeur du saumon frais soit vraiment très glamour dès le matin, et le jeune homme tenait à sa réputation. Le maquettiste jeta un coup d'oeil à l'horloge. Dix heures. Et l'autre qui traînait toujours sous la douche ! Plus il restait, et moins Swann se sentait avoir l'envie de le quitter ... Non ! C'était avec des pensées pareilles que leur relation non-exclusive-sans-sentiments ne pourrait jamais tenir le coup ! Swann se frappa la tête avec un exemplaire du Sun qui traînait sur le comptoir. Quel crétin il faisait, c'en était désolant ... Il finit par pousser un gros soupir et se prépara un café pour tenter de se remettre. Dix heures cinq. Raaaah, mais il allait lui prendre toute son eau chaude, l'autre beau gosse, là ! "Arthur, bordel, tu t'es noyé ou quoi ?!" cria-t-il après avoir avalé une gorgée de son café brûlant.


mais siiiiii, arthur est trop chou ! vivement vegas quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Once again [R.]   Mar 7 Juin - 14:56

« C'est au fond, à droite. Tu prends pas toute l'eau chaude, hein. Pas plus de dix minutes ! » Attrapant son t-shirt, Arthur se tourna vers Swann, un petit rictus accroché au coin des lèvres. Feignant une réflexion pour le moins intense, il répliqua : « Je ne sais pas si je vais pouvoir m'en empêcher... J'ADORE les longues douches brûlantes.... » Goguenard, le britannique ne prit même pas la peine de guetter la réaction de Swann et, souriant sous cape, il continua sa collecte de vêtements.

Se dirigeant alors vers la salle de bain, le stagiaire la détailla quelques secondes, déposa ses affaires sur le dessus de l’abattant des toilettes, et entreprit d'entrer sous la douche. L'eau chaude, lorsqu'elle se mit à couler avec force, le détendit instantanément et Arthur profita de ces quelques instants de paix pour réfléchir un peu et surtout, se refroidir le cerveau.
Swann était dans la pièce d'à côté, à bien moins de cinquante mètres de lui, et voilà qu'il parvenait tout de même à se sentir seul sous sa satanée douche.
Et tout cela n'avait véritablement rien de bien raisonnable. Ni de bien logique d'ailleurs. Se frottant encore et toujours le visage, Arthur songea qu'il s'était fichu dans un sacré pétrin, et qu'en sortir de serait pas une mince affaire, tant il se savait désormais sentimentalement impliqué dans toute cette sale histoire.
Sale, vraiment ? Tu penses ce que tu dis, là ? T'as pas plutôt l'impression qu'avec lui, tu es bien plus heureux qu'avec qui ce que soit d'autre ? Ne serait-ce qu'un tout petit peu... Mais non, suis-je bête ! T'es un mec intelligent, tu le saurais, si t'étais amoureux... A... QUOI ?
Tu sais quoi, tais-toi pauvre petite conscience toute chétive... Je ne suis pas et ne serais jamais amoureux d'un maquettiste coureur de pantalons... Cette vague impression de bien être n'est que la conséquence d'un bon coup, et puis c'est tout !


Et voilà, il était en train de se parler tout seul sous une douche. L'eau était toujours en train de couler et il risquait fort de vider les réserves d'un certain employé du Baltimore Sun. Arthur décida alors de sortir de la douche, attrapa une serviette qui traînait là et s'habilla rapidement avant de rejoindre ce qu'il avait deviné comme étant la cuisine.

Swann, assis sur sa chaise, lui tournait le dos, aussi le jeune homme tenta une arrivée sans un bruit et ne répondit pas tout de suite au cri du cœur, poussé par le maquettiste.

« Mais je ne peux me noyer que dans tes yeux... » Souriant, et probablement plus faussement ironique que jamais – il n'était pas question de laisser croire à Swann qu'il pensait réellement ce qu'il disait – Arthur avait murmuré ces quelques mots juste au creux de son oreille, en espérant bien récolté une réaction, sinon intéressante, au moins amusante.

« Je sais qu'on avait dit pas de petits déjeuners, mais j'ai vraiment la dalle. Tu crois que ta grande bonté d'âme et ton extraordinaire abnégation peuvent me faire un thé ? » Souriant de toutes ses dents et le plus innocemment du monde, le britannique espérait bien pouvoir bénéficier d'une petite collation avant de rejoindre son appartement, son estomac criait terriblement famine et il un tremblement de terre pouvait même être à craindre....

noooon, c'est Swann qui est A-DO-RA-BLEUH !
Revenir en haut Aller en bas
Swann Rose

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 06/02/2011
Crédits : @avatar (white rabbit), @ sign (lovelyish)
Pseudo : Laura.

HEADLINES
Localisation:
Statut: Marié contre son gré.
Notes:

MessageSujet: Re: Once again [R.]   Lun 13 Juin - 18:11

« Mais je ne peux me noyer que dans tes yeux... » Totalement surpris par l’arrivée en traître du jeune homme, Swann faillit renverser le breuvage bouillant sur son tee-shirt. Ahuri par ce qu’il venait d’entendre, le maquettiste jeta un regard à la fois surpris et interrogateur à Arthur, avant de se rendre compte que son Anglais préféré se payait ouvertement sa tête. En un sens, ça le soulageait profondément. Parce qu’il n’était pas fan de ce genre de déclarations à deux balles, et parce qu’Arthur le rassurait en arborant ce comportement un peu moqueur. « Je sais qu'on avait dit pas de petits déjeuners, mais j'ai vraiment la dalle. Tu crois que ta grande bonté d'âme et ton extraordinaire abnégation peuvent me faire un thé ? » A la fois secrètement ravi de pouvoir profiter encore un peu de sa présence et effrayé de le voir s’immiscer encore un peu plus dans sa vie, Swann leva les yeux au ciel, l’air faussement outré. « Du thé ! Mais on est Amérique, ici, monsieur ! On ne boit pas de thé, ici, on boit du café ! » Il termina d’ailleurs de boire le sien et s’approcha tout près d’Arthur, prenant une expression qu’il tentait de rendre menaçante. « Et tu sais ce qu’on leur fait aux buveurs de thé dans ton genre, ici, pied-tendre ? » Incorrigible, il joignit leurs lèvres pour un loooooooong baiser langoureux, oubliant momentanément l’histoire du thé, et tout le reste. Rien ne pouvait être meilleur que ça.

Ce n’est que lorsque Swann se rendit compte qu’il avait poussé Arthur contre le comptoir et qu’il le tenait prisonnier (encore une fois …) qu’il stoppa toute activité susceptible de mener au dépucelage de sa cuisine. « Mais bon, comme tu as été très gentil, je veux bien t’en faire un. » lança-t-il avec sa désinvolture et son sourire désormais légendaires après s’être – à regrets – détaché de lui. Il tourna le dos à son amant et commença à farfouiller dans ses placards, tandis qu’il essayait de trouver ce qui clochait chez lui et ce qui provoquait cette incapacité à se contrôler dès qu’un type lui faisait de l’effet. Seulement, à ce point-là … C’était se mettre en danger. Plus il passait du temps à Arthur, plus il pouvait goûter à la saveur sucrée de ses lèvres, plus il pouvait profiter de l’exclusivité de son corps, moins le contrôle qu’il exerçait sur lui-même était efficace. Il avait comme l’impression qu’un jour, les mots qu’il ne voulait pas s’entendre prononcer sortiraient de sa bouche et il se prendrait alors un râteau magistral, comme il n’en avait encore jamais connu. Ces trois fameux petits mots et ce qu’ils impliquaient hantait Swann. S’attacher, se poser, s’installer, et aimer, aimer si fort qu’on en perd la notion du temps qui passe, et qu’on se retrouve un jour seul. L’autre est parti. Pour toujours …

Passablement refroidi par toutes ces considérations, Swann finit par lever le nez de son placard, ayant enfin mis la main sur un sachet de thé convenable. « Ce sera de l’Earl Grey, j’espère que ça convient à Sa Majesté. » fit-il en se forçant tout de même à sourire. Il alla remplir d’eau, la bouilloire, sortit une tasse pour Monsieur Arthur je-ne-bouge-pas-le petit-doigt Carlton et y déposa le sachet de thé, avant d’y verser l’eau encore frémissante. « Tiens, voilà pour toi. » murmura Swann en lui donnant la tasse. « Je ne voudrais pas jouer les rabat-joie, mais après tu devras partir. Ma coloc va rappliquer et je ne suis pas sensé ramener quelqu’un ici. » ajouta-t-il. Mensonge, de toutes façons, c’était son appart à lui, il faisait ce qu’il voulait, et il n’avait aucune idée de l’heure à laquelle elle allait revenir, en fait, il s’en fichait éperdument. Il voulait seulement qu’Arthur parte. Alors qu’une partie de lui-même s’y opposait sauvagement, l’autre criait vraisemblablement plus fort, encouragée par vingt-sept ans d’égoïsme pur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Once again [R.]   Lun 20 Juin - 15:15

« Du thé ! Mais on est Amérique, ici, monsieur ! On ne boit pas de thé, ici, on boit du café ! » devant cette fausse indignation, Arthur ne put que sourire, d'autant que la menace qui suivit n'avait absolument rien de menaçant. Les buveurs de thé... Mais quel surnom tout à fait original ! Pour tout dire, le britannique préférait les Français, qui avaient adopté depuis longtemps le terme de Rosbeef et fait preuve d'une inventivité tout à fait amusante.
Cela dit, le baiser qu'on lui administra de force – et quel supplice ce fut ! – rendit tout à coup ce manque d'imagination tout à fait dérisoire.
De nouveau prisonnier, et cette fois-ci contre le comptoir de la cuisine – Arthur priait pour que ces quelques secondes durent une autre éternité. Bien évidemment, ce souhait ne fut pas exaucé et Arthur, s'il en fut déçu, se mordit la lèvre de mécontentement et de frustration.
Alors, il se contenta de regarder son amant farfouiller désespérément dans ses placards à la recherche de thé.

« Ce sera de l’Earl Grey, j’espère que ça convient à Sa Majesté. » Faisant mine d'être dégouté, le stagiaire sourit, goguenard. « Puisque c'est tout ce que tu as, je vais m'en contenter... » Souriant, il accepta cependant la tasse tendue et y trempa les lèvres pour constater dans une grimace qu'il était suffisamment chaud.
Levant les yeux vers Swann, Arthur acquiesça de nouveau. Oui, il comprenait la nécessité de quitter rapidement l'appartement. Oui, c'était tout à fait normal. Mais non, il n'en avait aucune envie.
Alors, il prit sur lui, souffla avec force sur son thé et en but deux grosses gorgées comme pour montrer qu'il avait saisi la demande et qu'il s'y pliait.

« Je comprends bien... T'as du bol, on a rien dérangé à part ta chambre... Mais il me semble quand même avoir remarqué que l'ordre n'est pas ton fort dans ton antre ! » il sourit de nouveau, légèrement ironique, quoi que plus faiblement.

Dieu qu'il avait envie de rester encore un peu... Seulement, pour cela, il lui fallait trouver un prétexte en béton, et là, franchement, il n'en avait aucun.
Ne lui restait qu'à terminer son thé et déguerpir, en tentant de garder sa dignité et de faire croire que partir ne lui importait que peu.

désolée, c'est pourri, mais promis, mon prochain post sera potable ET terminera ce Rp. Comme ça on pourra faire le mariage à Las Vegas baby ! 
Revenir en haut Aller en bas
Swann Rose

avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 06/02/2011
Crédits : @avatar (white rabbit), @ sign (lovelyish)
Pseudo : Laura.

HEADLINES
Localisation:
Statut: Marié contre son gré.
Notes:

MessageSujet: Re: Once again [R.]   Ven 24 Juin - 14:00

« Je comprends bien... T'as du bol, on a rien dérangé à part ta chambre... Mais il me semble quand même avoir remarqué que l'ordre n'est pas ton fort dans ton antre ! » C’est ça, rigole ! Swann ne voulait pas imaginer la réaction de la jeune femme si elle était rentrée et qu’elle avait retrouvé des vêtements partout, ou pire encore, qu’elle tombe sur un Swann endormi à poil dans le canapé … Le jeune homme se passa la main dans les cheveux et sourit autant qu’il en était capable. « Et bien la prochaine fois, monsieur m’amènera dans son antre et on comparera ! » Façon subtile demander un deuxième rendez-vous, même si ça n’en était pas vraiment un. Swann s’écarta pour reprendre une autre cigarette. Il était tellement stressé qu’il en aurait pu fumer dix à la seconde, en fait. Et d’ailleurs, fumer ne lui apportait aucun réconfort, c’était juste histoire d’avoir de quoi s’occuper les mains et la bouche, tandis qu’Arthur prenait tout son temps pour finir son putain de thé. Swann eut une brusque envie d’envoyer valser la tasse et de le supplier de s’en aller. Ou de rester. Il ne savait pas, il ne savait plus rien, il ignorait de quoi il avait envie. Un moment, c’était de virer Arthur à coup de savates et l’instant d’après, c’était de lui faire l’amour partout dans l’appartement. Oh merde, oh merde, oh merde, Swann, t’es trop dans le pétrin là !

Oui, il était un pétrin profondément … profond. Swann inspira une large taffe de sa cigarette et finira par expirer, un regard presque sombre posé sur son amant. Il fallait qu’il prenne le temps de réfléchir. Il n’était finalement pas si sûr que cette sorte de pacte qu’ils avaient passé hier soit une bonne idée. Non, en fait, c’était la plus belle connerie qu’il ait jamais faite de toute sa vie, et pourtant, des bêtises, il en avait fait. Comme cette fois où il avait menti à ses parents et qu’il avait organisé une fête chez lui, et que la police était arrivée pendant la nuit. Mais là, c’était pire. Car cette connerie monumentale qu’il avait faite en acceptant de vivre une relation non-exclusive avec Arthur ne menaçait rien de moins que son petit cœur fragile. Oui, Swann sentait que quand Arthur passerait cette porte, signifiant ainsi qu’il irait sans doute papillonner à droite à et gauche sans que ça ne lui pose aucun problème, eh bien, à ce moment-là, le maquettiste ne pourrait pas s’empêcher d’éclater en sanglots, de se poser sur son canapé et de se morfondre, Albert à ses côtés, tout en regardant une émission totalement débile. Pour la première fois, il ressentait ce sentiment de détresse et de trahison que rien ne pouvait calmer. Rien du tout.

c'est super court, désolée ><

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Once again [R.]   Ven 24 Juin - 16:00

« Et bien la prochaine fois, monsieur m’amènera dans son antre et on comparera ! » A cette subtile invitation, le cœur d'Arthur fit un bond. Ce n'était pas réellement un rendez-vous, ni même une demande, mais cette petite phrase, légèrement emprunte défi, signifiait que Swann envisageait de le revoir, et probablement rapidement.
Le britannique s'imagina alors un instant qu'ils pourraient essayer le petit restaurant italien qui avait ouvert quelques semaines auparavant, non loin de chez lui. Qu'est-ce que t'imagines mon pauvre vieux ? Tu n'as pas le droit à un rendez-vous, entre donc toi ça dans le crâne ! Secouant la tête pour chasser ce fielleux poison qu'était l'espoir d'une exclusive relation non exclusive, Arthur releva la tête vers Swann et sourit, bien qu'il eut l'impression que ses lèvres formaient plus une grimace un triste qu'autre chose.

« C'est quand tu veux ! Mais la comparaison sera de courte durée, mon antre est toujours parfaitement rangée... » Le regard légèrement triomphant, et un sourire cette fois-ci plutôt enfantin aux lèvres, le britannique ne mentait pas. Il n'était certes pas un homme maniaque du rangement, mais il n'aimait guère que les choses ne soient pas à leur place, ou du moins, pas trop longtemps.

D'un œil un peu lointain, Arthur regardait Swann empiler cigarette sur cigarette et il se demanda si cela traduisait une impatience grandissante à le voir quitter les lieux, ou le contraire. Et pour être tout à fait honnête, il avait bien peur que ce ne fut la première solution. Après tout, le contrat qu'ils avaient passé la veille stipulait qu'ils n'étaient pas supposés passer beaucoup de temps ensemble en dehors de leurs parties de jambes en l'air.
Le silence ambiant, s'il n'était pas réellement pesant, n'était cependant pas des plus agréable. Tout en terminant son thé, Arthur songea qu'il n'avait réellement aucune envie de partir. Et lorsque son esprit vagabondait, il n'imaginait rien d'autre qu'une petite balade dans un parc, avec un le soleil de fin d'après midi, ou une journée farniente dans un canapé, armé d'un chocolat chaud et d'un bon film, Swann juste à côté de lui.
Seulement, tout cela n'avait rien avoir avec ce qu'ils avaient décidé, et il devait se forcer à profiter du peu de temps qu'ils passaient tous les deux, et surtout, oublier les quelques instants de tendresse qu'ils s'étaient accordé un peu plus tôt, parce qu'il était persuadé – pour son plus grand malheur – que cela ne se reproduirait plus jamais à l'avenir.

Sa tasse vide, il en fixa le fond quelques secondes avant de lever les yeux vers son amant, puis vers l'évier. Arthur se leva et entreprit de nettoyer le mug, légèrement noirci par le thé.

« Je la laisse sur l’égouttoir, c'est pas grave ? » demanda-t-il, avant de s'essuyer les mains, et d'attraper sa veste, posée sur le dossier d'une chaise.

« Bon, j'vais y aller, ce serait bête que ta colloc' arrive maintenant... » Sa voix s'était faite plus basse, et on sentait le regret accroché au fond de sa gorge. Ses yeux ne parvenaient pas à rester plus de trois secondes plongés dans ceux de Swann, tant il craignait de lui sauter dessus, ou de lui faire une déclaration enflammée.
Par de petits pas de petite souris, le britannique se dirigeait lentement vers la porte d'entrée, se rapprochant inexorablement vers une solitude qui, il le savait, lui pèserait tout le reste de la journée.
Une fois arrivé sur le pas de la porte il se tourna vers son amant et parvint à soutenir son regard un peu plus longtemps.

Pour la première fois depuis longtemps, Arthur avait la désagréable impression de se jeter dans le vide. Comme si, finalement, le fait de sortir de l'appartement, aussi tôt le matin, concrétisait l'illégitimité de leur relation.
Timidement, et presque furtivement – alors que la porte était déjà entrouverte – Arthur vint embrasser Swann avec légèreté, comme pour rendre cette action fantôme.

« Bon, j'y vais. A lundi au plus tard... » Murmura-t-il si bas qu'il fallait être à la place de Swann pour l'entendre.

Enfin, il s'effaça en songeant qu'il était dans la panade.
Non, une belle grosse merde, plutôt.

bon, finalement c'est pourri aussi, comme conclusion... xD

TOPIC TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Once again [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Once again [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Across the lines :: Les alentours :: Fell's Point :: Cat's Eye Pub-
Sauter vers: